Cette option réaffiche la page par défaut du site, en restaurant les modules éventuellement fermés par inadvertance.

Remettre tout en place

Bilan compétitivité 2010 du Luxembourg

L’édition 2010 du bilan de compétitivité au Luxembourg a été présenté par l’Observatoire de la Compétitivité du Grand Duché.

Il en ressort que la position compétitive globale du Grand-Duché, basée sur 81 critères, s’est redressée et que la compétitivité-coûts continue de se dégrader.

Au niveau de la compétitivité structurelle, deux conclusions ressortent :

On constate tout d’abord une amélioration marginale de la position du Luxembourg.

Une amélioration de la position du Luxembourg est également à noter dans la mise à jour du Tableau de Bord Compétitivité “structurel » de l’Observatoire de la Compétitivité.

Le Luxembourg se positionne ainsi, en 2009, en 9ème place parmi les 27 États membres de l’UE, et gagne deux positions par rapport à 2008.

Cette amélioration s’expliquerait notamment par une certaine résistance de l’emploi au Luxembourg, pendant la crise économique et financière, par rapport aux autres Etats membres de l’UE.

La compétitivité-prix et la compétitivité-coûts du Luxembourg, continuent cependant de se détériorer par rapport à ses principaux partenaires commerciaux.

Par ailleurs, le Conseil européen a arrêté la stratégie Europe 2020, le successeur de la stratégie de Lisbonne, qui entend permettre à l’UE et aux Etats membres de sortir renforcés de la crise à travers «une croissance intelligente, durable et inclusive».

Dans ce cadre, 5 grands objectifs ont été confirmés :

  • favoriser l’emploi
  • améliorer les conditions de l’innovation et de la R&D
  • atteindre les objectifs dans le domaine du changement climatique et de l’énergie
  • améliorer les niveaux d’éducation
  • favoriser l’inclusion sociale

Le Luxembourg devra donc définir ses objectifs nationaux sur la base de ces cinq grands objectifs européens.

Le Bilan compétitivité 2010 s’intéresse également aux études consacrées au mécanisme de l’indexation automatique des salaires, et son impact sur l’inflation, réalisés au cours des dernières années sur le cas luxembourgeois.

Ces dernières montrent un lien entre inflation et salaires : l’effet de l’adaptation des salaires est faible à court terme, l’ampleur de l’effet étant plus important à long terme.

Le Bilan 2010 vient synthétiser les diverses facettes de la relation entre inflation et salaires et fait encore le point sur le projet « PIBien-être » visant à mesurer le bien-être de la population.

Ce dernier projet est réalisé dans le cadre du programme gouvernemental 2009 par le Conseil économique et social (CES) et le Conseil supérieur pour un Développement durable (CSDD), avec l’aide de l’Observatoire de la Compétitivité ainsi que du STATEC.


Image : www.odc.public.lu