Cette option réaffiche la page par défaut du site, en restaurant les modules éventuellement fermés par inadvertance.

Remettre tout en place

Enquête des intentions d’achat pour les fêtes de fin d’année 2009/2010

etude-consommationLe Grand Duché serait au premier rang des pays européens en matière d’intentions d’achat à l’occasion de fêtes de fin d’année.

Selon une étude publiée par Deloitte, les luxembourgeois consacreront en moyenne 1150 € pour leur achats, contre une moyenne de 700 € pour l’ensemble des européens.

L’enquête montre également que les consommateurs sont moins pessimistes pour 2010 face à la crise, même si la majorité reste assez peu convaincu d’une amélioration.

La période de Noël représente une période atypique au niveau de la consommation. Dans la plupart des cas, elle compte double, voire plus pour de nombreux distributeurs et fabricants.

Les fêtes de fin d’année sont de bons indicateurs du marché. Les entreprises essayent d’anticiper le volume et le mix d’activité de cette période. Ils disposent ainsi d’informations sur les leviers qui restent à leur disposition pour stimuler ou réorienter la demande.

Le Luxembourg et les fêtes de fin d’année

Les consommateurs s’apprêtent à dépenser moins pour les fêtes de fin d’année 2009, mais dans des proportions moindres par rapport à leurs voisins européens.

Ainsi, les luxembourgeois diminueront leurs achats de 3,3% en moyenne contre 6,3% en Europe.

La valeur du cadeau moyen s’élèvera à 73 € au Luxembourg, soit le montant le plus élevé de tous les pays de l’étude.

Les tendances

Information surprenante présentée par l’étude Deloitte, les livres arriveraient largement en tête des préférences pour ce Noël au Luxembourg sur les intentions d’achat (43%) et les espérances de cadeaux (46%), première place que l’on retrouve par exemple en Slovaquie, en Irlande ou encore en République Tchèque.

Un début d’explication pourrait se trouver dans la valeur sure que représente le livre.

Les enfants de moins de 12 ans recevront en majorité des jeux éducatifs tout comme dans les 11 autres pays de l’échantillon.

Un autre phénomène notable est l’émergence de la consommation socialement responsable. Les consommateurs se sentent fortement concernés par les problématiques éthiques et environnementales, même si les déclarations vont souvent au-delà des pratiques réelles.

C’est plutôt une bonne nouvelle, surtout si cette tendance se renforce d’année en année.

Dans les autres pays les consommateurs feront moins de cadeaux qu’en 2006 :
– 8 contre 13 en 2006 en Belgique et aux Pays-Bas
– 10 contre 11 en 2006 en France

Le prix des cadeaux serait en augmentation, passant de 32 à 39 € en Belgique entre 2006 et 2009, de 32 à 42 € en France, de 32 à 38 € en Allemagne.

Lieux d’achat

Pour faire leurs achats, les consommateurs luxembourgeois choisiront les magasins pour différentes raisons :
– un large choix (88%)
– le meilleur rapport qualité/prix (86%)
– la proximité d’un parking (80%).

Aussi, ce sont les super-marchés qui sembleraient attirer la préférence des clients.

Au niveau du panel européens, les consommateurs placent en moyenne le rapport qualité prix en premier choix (89%), devant le large choix de produits (87%) et les promotions accordées (81%).

Optimisme en vue ?

52% des personnes interrogées au Luxembourg pensent que l’économie est en récession, 25% estiment qu’elle est stable et 9% qu’elle est en croissance.

Pour 2010, l’optimisme gagnerait du terrain, même s’il n’est pas encore majoritaire. Au Grand-Duché, un tiers des répondants (33% ) estime que la situation va s’améliorer, et 34% qu’elle va se détériorer. Ils sont 26% à penser qu’elle va rester stable.

Avec 60% des répondants mentionnant que leur situation professionnelle est sûre, les luxembourgeois ressortent comme les citoyens européens les moins inquiets.

20% des personnes consultées disent ne pas avoir d’emploi ou peur de ne plus en avoir et 14% s’estiment dans une situation incertaine.

Au niveau européen 24% des répondants anticipent une détérioration de leur situation financière contre 42% l’an dernier.

Echantillon de l’étude

L’enquête porte sur 17 567 personnes dans 18 pays et intègre pour la première fois le Luxembourg où 614 consommateurs ont été consultés.